Virus et tulipe

VIRUS et Tulipe

La tulipomania, une vente frénétique de bulbes de tulipes, fait rage en Hollande entre 1620 et1637.

De certains bulbes jaillissent des tulipes blanches plumetées et flammées de rouge, parfois avec des tépales dentelés et sont nommées « cassées ». Cette apparition miraculeuse laissait les pépiniéristes dans l’ignorance, ce côté mystérieux augmentait la spéculation. Cependant, Van Oosten, un pépiniériste cherchait à obtenir ce mélange de couleurs en mettant à l’abri du soleil les plantations et pensait que le miellat des apidés semblait être à l’origine de ces nouvelles couleurs. Après l’achat des bulbes, le changement de couleurs devait être signalé au fleuriste, un nom lui est donné ce qui correspond aux noms des cultivars actuels. La ‘SemperAugustus’ fut la plus recherchée et peinte sur de nombreux tableaux. Au cours du temps ces bulbes devenaient chétifs.

Le microscope électronique, vers 1920, résous l’énigme, le bulbe possédait un virus, le virus de la mosaïque, un virus transmis par un puceron ce virus mettait en silence le gène de la fabrication des anthocyanes, et apporte la panachure blanche des tépales, les graines ne reproduisaient pas des tulipes semblables à la tulipe mère. Van Oosten n’était pas loin de la vérité, encore fallait il que l’apidé abrite le virus en question.

Pour en savoir plus de l ‘histoire extraordinaire de la tulipomania. La tulipe Anna Pavord Actes Sud 2001

Pour compléter l’aventure de la tulipe, le délire spéculatif, l’efficacité sournois d’un virus.  Botanique du désir M.Pollan autrement2004 (page 81 chapitre 2)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.