Le Phylloxéra, sulfateurs et américanistes

Le Phylloxéra

Il se nomme Phylloxera vastatrix ou selon la nomenclature moderne Daktulosphaira vitifoliae. Il est le pou ténébrant  (insecte qui perfore)La maladie porte le même nom.

Cet insecte, semblable à un petit moucheron, sournoisement met trois ans à entraîner la mort du cep après un dessèchement des feuilles. Il est originaire d’Amérique et arrive en France vers 1863. Le phylloxéra arrive pour la première fois dans les vignes de Montfleur en 1879.

Daktulosphaira vitifoliae a un cycle biologique complexe , il mène une vie souterraine niveau des racines, stade hypogé et une vie aérienne au niveau des feuilles, stade épigé. Ces insectes pratiquent la parthénogenèse.

Au printemps, à l’apparition des feuilles, les insectes femelles, les fondatrices aptères proviennent du développement d’un œuf d’hiver caché sous l’écorce. Elles pondent leurs œufs sur les feuilles les plus tendres, apicales. de la vigne, les œufs sont protégées par la feuille qui réagit en formant une galle. La fondatrice pond quelques 600 œufs. Les larves qui apparaissent sont plus ou moins dispersées par le vent, et d’autres de ces larves migrent vers les racines à l’automne, c’est le stade hypogé qui débute. Les larves se développent, jusqu’au stade adulte, ce sont des femelles aptères qui pondent des œufs,chaque femelle pond une centaine. A l’approche de l ‘hiver les larves devenues des nymphes hibernent et supportent le froid. Les racines montrent de nombreuses déformations. Au retour du printemps c’est le stade épigé, les nymphes donnent des insectes colonisateurs, ailés, ces formes parfaites d’insecte pondent des œufs andropares soit des œufs mâles et les gynopares soit des œufs femelles, sous les feuilles ou l’écorce, il apparaît des insectes sexués qui s’accouplent , chaque femelle pond un seul œuf, l’œuf d’hiver sous l’écorce, Et au printemps cet œuf se développe pour faire apparaître une femelle fondatrice aptère du stade épigé sur les feuilles.

Www.ephytia.inra.fr

 “….tandis que l’invasion et la destruction ont marché chez nos voisins de l’Ain, avec une rapidité terrifiante , la marche du désastreux insecte ne paraît s’accomplir chez nous qu’avec une heureuse lenteur. …l ‘abandon du vignoble tient au phylloxéra , aux maladies cryptogamiques …(mildiou, black-rot, oïdium … et au contexte économique difficile….” Sylvaine boulanger. Le vignoble du Jura, Presses universitaires.

On doit la découverte du Phylloxéra à Jules-Emile Planchon dans son rapport à l’Académie des Sciences  …”si un remède prompt et énergique n’est pas trouvé avant 10 ans la Provence n’aura plus une seule vigne …”l’entomologiste Lichenstein met en évidence les larves qui attaquent les racines, Léopold Laliman propriétaire bordelais découvre l’immunité acquise des cépages américains.  J.-E.Planchon après un séjour aux Etats-Unis  conseille vivement le greffage des cépages sur des plants américains. (Les vignes américaines, leur culture, leur résistance au phylloxéra  1875 Société Centrale d’Agriculture de l’Hérault) .  C’est alors que s’opposent les sulfateurs, vignerons qui injectent du sulfure de carbone au pied des ceps au moyen de pals métalliques aux américanistes, vignerons qui greffent sur des pieds américains leur cépage.

www.vignevin-sudouest.com, www.dico-du-vin.com,    www.ephytia.inra.fr, www. Le Phylloxéra et les maladies de la vignes : la lutte victorienne des savants Roger Pouget 2015.

 

 

 

De Poncin à Mérignat leurs maisons de vigneron

L’habitat typique du vignoble est la Maison à cellier, originaire du midi (Le Vignoble du Jura du sud par S. Boulanger ). Il reste quelques exemplaires, comme à Mérignat. Par endroit tonneau, pressoir à vis verticale.

       

L’habitation est à l’étage et l’exploitation au rez-de-chaussée.

La particularité est l’escalier extérieur, en pierre, a une volée. il donne accès à un petit balcon où s’ouvre la porte d’entrée de l ‘habitation. Le balcon est soutenu par un mur en pierre, il est protégé des intempéries par le auvent, un prolongement du toit, qui s’appuie sur des poutres en triangle. Il manque la rampe en fer forgé ou pleine.Un grenier est  sous le toit et s’ouvre à l’extérieur par petite fenêtre fait fonction de grange.

Au-dessous du balcon s’ouvre le cellier par une porte voûtée, où se fabrique le vin, avec la présence des cuves et d’un pressoir. Plus loin, vers le départ de l’escalier , une deuxième porte conduit à la cave, lieu où est stocké le vin, et lieu de rangement des outils de la vigne, l’aération se fait par une lucarne.

Au-dessus de l’habitation, souvent un grenier pour stocker le foin, parfois reste avec la poulie pour monter le foin. Certaines maisons ont conservé le toit à bascules.

        

Ces maisons en pierre, solides ont été rendu confortables, agrandissement des fenêtres, grenier transformé en chambre mansardée, fenêtres agrandies, ouverture du cellier en porte vitrée…..

      

La roche calcaire est toujours présence avec son caractère massif, son débit en plaques autour des jardins, des prés.

         

Les vignes sont en îlots, adossées au flanc calco-marneux entre une végétation qui a repris ses droits.

Les feuilles mortes révèlent les deux cépages, le POULSARD ou PLOUSARD aux feuilles découpées en lobes séparés par des sinus  profonds et un sinus pétiolaire  ouvert en U, le GAMAY aux feuilles orbiculaires à 5 lobes et un sinus pétiolaire en V. !!!!en espérant une bonne détermination. Le poulsard a le même patrimoine génétique que la rèze;  (www.lescepages.free.fr )

 

Les coteaux de l’Ain et vignobles

Les vignobles allient le sous-sol, le climat, le sol, la botanique, les insectes, les champignons,les bactéries, et le travail de l’ homme.

De Poncin à Cerdon les vignes sont installées sur le faisceau lédonien jurassien, un ensemble de terrains plissés et fracturés appartenant au Jura méridional.

Les maisons de vigneron, les chapelles celle de La Cueille, de Leymia, construites en pierre de taille rappelle cette mer profonde qui recouvrait la région au jurassique (soit l’ère secondaire, époque des dinosaures) de 205 millions d’années à 130 (150 MA)millions d’années, sous un climat tropical. Dans cette mer profonde, calme s’est déposées des mètres de calcaire sublithographique voir lithographique.

La mer se retire, laissant l’érosion faire les attaques de dissolution de la roche calcaire et ne laissant aucune trace du crétacé, soit la fin du secondaire, qui se détecte sur les collines de Ménestruel.

Le massif calcaire du Cerdon est karstique, l’eau souterraine dissout la roche et crée un réseau de grottes, Les eaux se rassemblent pour donner naissance au Veyron, il entaille transversalement les roches calcaires pour arriver dans la plaine de Leymiat et il se jette dans l’Ain au lieu dit « la Queue du Veyron ».

Le paysage révèle la suite des événements, les couches sont surélevées, plissées accompagnées de nombreuses failles de direction NNE-SSW, au moment de la surrection des Alpes, débutant il y a quelques 130 MA d’années.

Rocher de St Alban culmine à 562 m. il domine le Veyron, Le mont Carmier Cerdon, les Balmettes à Leymiat

La région subit un refroidissement comme en témoignent les dépôts fluvio-glaciaires qui contrastent avec les roches massives calcaires, ce sont les restes du glacier alpin, dont les langues glaciaires se terminent sur Hautecourt, Cize, lors de la glaciation du Riss il y a de -300 000 à – 120 000 ans.

Les eaux de fonte entraînant des blocs ont été déposées dans le lit duVeyron et de l ‘Ain ou des combes comme celle du combet Fanjot, et se sont étalées dans les plaine de Champeillon, de Leymiat, de Poncin, ou accumulées en balmettes les Balmettes de Leymiat.Ce sont des conglomérats solidifiés dans une gangue utilisés pour l’installation du château de la Cueille, de Poncin,ou actuellement des maisons de Leymiat.

Le massif calcaire est colonisé par une chênaie-charmaie puis des vignes. Les conglomérats ont facilités l ‘installation de château, villages.